3 expositions au musée Fragonard

bandeau haut

Ce n’est pas à une seule, mais à trois expositions auxquelles vous convie le musée Fragonard ! Elles ont débuté le 12 avril. Et si vous vous disiez que vous aviez le temps d’y aller, vous aviez sans doute raison… mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il ne vous reste que quelques semaines pour aller voir : « Dessins oubliés », « Peintres voyageurs » et « Photographe voyageur ».

Les Dessins oubliés de Jean-Honoré Fragonard

Photo-FMAPAC0060083121-1Neuf dessins qui avaient disparu depuis le XIXe siècle, ont récemment été acquis par le musée. Des œuvres que vous n’avez forcément jamais vues et qui, assurément, vous surprendront. Elles sont peintes à la pierre noire et laissent voir le trait précis de l’artiste. En les regardant, nul doute que cela vous évoquera quelque chose… aussi étonnant que cela paraisse, il s’agit de ce que l’on pourrait qualifier de l’ancêtre de la bande dessinée. En effet, ces dessins sont extraits d’un cahier remontant à l’époque d’un séjour chez les Bergeret de Grancourt (des mécènes et amis de Fragonard) en 1788.

Au XIXe siècle, disons-le, l’humour n’était pas le moyen d’expression le mieux représenté dans les galeries de peintures. Et pourtant, ici, Fragonard relate avec dérision des scènes intimes du quotidien auquel il était confronté. Comme dans le dessin légendé «Monsieur Frago qui se trompe de porte et tombe dans un endroit où il n’y avait point de chaise percée et se fait une entorse cruelle à huit heures et demie en deux secondes.»

Fragonard, "Chien à tête d’homme, bondissant", caricature de Monsieur Rousset. © DR.

Fragonard, « Chien à tête d’homme, bondissant », caricature de Monsieur Rousset. © DR.

Comme le note Marie-Anne Dupuy-Vachey, grande spécialiste de Fragonard, « la réapparition soudaine de ces neuf dessins dont on avait perdu la trace depuis la fin du XIXe siècle, fut une heureuse surprise et suscita un certain émoi dans le cercle des amateurs de Fragonard. » Que vous soyez amateur du travail de Fragonard ou non, il y a fort à parier que vous vous laisserez également gagné par une certaine émotion !

 Peintres voyageurs

peintresVous pourrez admirer ici une trentaine d’œuvres d’artistes de renom tels que Le Lorrain, Van Bloemen, Lacroix de Marseille, Hendrick Van Lint ou Thomas Jones. Qu’ont-ils en commun ? Le goût du voyage, tout simplement. Il faut dire que si les voyages avaient toujours eu une motivation avant tout commerciale, les choses ont changé à partir du XVIIe siècle où les premiers « touristes », explorateurs et intellectuels, ont accompagné les commerçants afin de satisfaire leur soif de découverte.

L’Italie en premier lieu attirait ces artistes soucieux de découvrir les ruines antiques, les paysages, les églises de Rome, Venise, Florence ou Naples. Mais c’est l’ensemble du bassin méditerranéen qui devint rapidement le terrain de jeu de ces voyageurs qui n’oubliaient jamais d’emporter avec eux leurs pinceaux et leurs toiles.

Photographe voyageur

photographe Vous ne connaissez pas encore Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii. Il faut combler cette lacune très rapidement ! Pour faire simple, cet ingénieur-inventeur a mis au point un procédé proche de la photographie qui lui a permis d’être le seul à immortaliser l’Empire russe du début du XXe siècle. De 1909 à 1915, il traverse son pays et réalise des clichés saisissants de peuples, de monuments et de visages.

C’est dans un véritable voyage dans le temps que vous transportent les trente photographies de l’exposition. Vous vous retrouvez dans ce début de XXe siècle russe à dos de chameau, allant de l’est vers l’ouest sur la Route de la soie.

Trois expositions exceptionnelles dans un cadre exceptionnel, de quoi passer une fin d’année triplement exceptionnelle.

 

Musée Jean-Honoré Fragonard
14 rue Jean Ossola
06130 Grasse
Tél. 04 93 36 02 07

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *